bitcoin

Paris et Berlin veulent réguler le bitcoin

Actualités

Selon une information officielle, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire et Peter Altmaier, son homologue allemand, ont affirmé avoir une volonté de fer à réguler l’utilisation du Bitcoin et des autres crypto monnaies. Cette décision va être élaborée lors du G20 Finances en Mars à Buenos Aires.

Diminuer les risques par la régulation

  1. Altemaier constate le réel développement des crypto monnaies et leur évolution au quotidien. Que ce soit pour l’usage du Bitcoin ou des autres monnaies virtuelles, le ministre tient à expliquer les risques et les réduire par une bonne régulation. Il est important de noter que les crypto monnaies qui ont été élaborées en 2009, et troquées via des plateformes d’échanges électroniques, ne sont régies par aucune institution bancaire ni aucun gouvernement. En France, il y a déjà eu une mission spéciale sur le Bitcoin pour vérifier sa règlementation.

L’initiative des deux pays rencontre quelques soucis car le bitcoin est retombé sous 10.000 $ avant de remonter à 11 600 $. Toutefois, depuis la moitié du mois de décembre, il a quand même perdu 40% car à cette époque, il atteint un pic de 19 500 $. A part le bitcoin, il y a également une autre crypto monnaie célèbre, c’est le Ripple : sectionnée par trois en 10 jours, elle a repris 50% sur la plateforme d’échange Bitfinex.

La Chine et le Bitcoin

La Chine se veut de consolider son processus anti-bitcoin. Oui, le pays veut prendre quelques mesures de restrictions. Sa capitale, Pékin a même déjà prohibé en septembre 2017, l’usage des plateformes de tradig de crypto monnaies ainsi que les levées de fonds qui ont été faites dans ces nouvelles monnaies ICO. Mais selon les dernières nouvelles, la Chine veut pousser le bouchon plus loin en passant directement aux intermédiaires qui passent des ordres grâce à des sites situés offshore pour le compte d’une clientèle chinoise.

La Corée du Sud pour une limitation de l’utilisation des crypto monnaies

A part la Chine, la France et l’Allemagne, c’est la Corée du Sud qui décide de prendre des mesures restrictives. Elle veut prohiber les institutions financières sises dans le pays d’effectuer des transactions via des monnaies virtuelles : achat, vente ou détention d’une quelconque crypto monnaie.

Début Janvier, les autorités ont même spécifié vouloir interdire tout simplement ces plateformes d’échange. Toutefois, cela ne peut être fait dans l’immédiat car le système parlementaire est assez long en Corée du Sud. Il reste à attendre patiemment. En tout cas, les discussions entre les acteurs du marché et le gouvernement se poursuivent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *